HomePublicitéLa guerre des affiches numériques à Paris

La guerre des affiches numériques à Paris

publicite guerre affiche paris

Le 28 février 2017, JCDecaux, géant de l’affichage publicitaire, a remporté de nouveau le marché des panneaux d’affichage de la Ville de Paris. Prévu pour cinq ans, ce marché concerne 1630 panneaux publicitaires. La particularité est la suppression des panneaux de 8m² qui vont être remplacés par ceux de 2m². Le but est de diminuer la surface des panneaux publicitaires présents dans Paris, l’intérêt est également de mieux respecter le règlement local de publicité qui avait été revu en 2011. 15% des panneaux sont composés d’écrans numériques.

Néanmoins, deux mois plus tard en avril 2017, les principaux concurrents de JCDecaux (à savoir Clear Channel et Extension Media) s’estiment lésés et saisissent le tribunal administratif au motif que JCDecaux n’a pas respecté le règlement communal local de publicité qui interdit la publicité lumineuse. Le tribunal a tranché dans le sens de la concurrence en annulant la réattribution du marché. Il y a donc eu une suspension du contrat. JCDecaux et la ville de Paris ont déclaré que tout avait été fait de manière légale. Un pourvoi en cassation devant le Conseil d’Etat a été formé.

C’est une véritable revanche pour Clear Channel. En effet, il y a quelques mois en octobre 2016, c’est alors JCDecaux qui avait dénoncé l’illégalité des panneaux digitaux installés à Bruxelles par Clear Channel. Selon les témoignages reçus, Clear Channel ne disposait pas de permis d’urbanisme. Les autorités bruxelloises n’avaient en tout cas reçu aucune demande avant l’installation des panneaux. Ces écrans digitaux étaient également 20 % plus grands qu’annoncé.

Vu la multitude d’affaires existantes, on peut constater que la concurrence dure depuis quelques années et principalement entre les sociétés JCDecaux et Clear Channel. Depuis le début du mois de janvier 2016, JCDecaux occupe tous les abribus londoniens. La société a remporté le marché qui était occupé depuis plus de 30 ans par son concurrent. A contrario, JCDecaux a perdu en justice le marché « Vélib’ » à Paris. Il y a donc un véritable enjeu financier au niveau de la publicité digitale !

Mots-clés du billet